Être coach, de la recherche de la performance à l’éveil, de Robert DILTS

Partage ça:

Le coaching consiste à accompagner le changement individuel ou collectif vers une situation désirée et bénéfique. Cet accompagnement s’adresse à différents niveaux hiérarchiques de l’épanouissement humain, correspondant chacun à un type de soutien distinct englobant des rôles et des outils spécifiques.

C’est ce que propose d’explorer Robert Dilts dans ce livre et que j’ai choisi de vous partager, afin d’adopter une posture de « coach avec un grand C ». 

Les différents niveaux d’épanouissement concernés, sont fondés sur les travaux de l’anthropologue Gregory Bateson concernant les niveaux d’apprentissage Neuro-Logiques, également connus sous le terme de « niveaux logiques » de Robert Dilts. 

Ces niveaux, de la performance à l’éveil, concernent : l’environnement, le comportement, les capacités, les valeurs et croyances, l’identité et enfin le spirituel. A chacun de ces niveaux, il appartient au coach de choisir la posture adéquate, soit de : guider, coacher, enseigner, mentorer, sponsorer ou éveiller. 

Guider au niveau de l’environnement

Au premier niveau de l’environnement, le rôle du guide est de créer un contexte favorable afin d’orienter le client dans l’état désiré. Le guide croit en l’existence des capacités de réussite et des ressources internes du client. Il exerce son leadership dans un contexte plus ou moins sécurisé pour le client, tout en lui laissant la liberté de se mouvoir. Le guide reste à disposition en cas de problème, et laisse faire tant que le progrès est là.

A ce niveau, j’apprécie particulièrement l’outil de psychogéographie qui concerne l’aménagement de l’espace physique et du dispositif environnemental. L’orientation des chaises lors d’une séance va par exemple influencer la qualité de relation et l’interaction entre les différentes parties.

Coacher au niveau du comportement

Au deuxième niveau du comportement, Robert Dilts parle de coaching avec un petit C. Il s’agit de coacher le client afin d’atteindre ou d’améliorer un niveau spécifique d’efficacité comportementale, à l’instar du coaching sportif. Le coach croit que le client a les capacités pour être efficace. Il adopte un style de leadership directif avec des feedbacks réguliers.

A ce niveau comportemental, il est important qu’un objectif de référence soit fixé et formulé de manière précise. C’est comme si vous prenez un taxi et que le chauffeur vous demande votre destination.

Enseigner au niveau des capacités

Au troisième niveau, le coach est là pour enseigner afin de permettre au client d’acquérir de nouvelles capacités et compétences. Il croit que tout le monde est capable d’apprendre et que son partage peut enrichir les autres. Il exerce un style de leadership basé sur la stimulation intellectuelle, destiné à clarifier le raisonnement, à résoudre des problèmes et à ouvrir de nouvelles perspectives. 

A ce niveau, on utilise par exemple des outils de questionnement permettant d’évaluer le style d’apprentissage du client ou des changements de position afin d’expérimenter des points de vue différents.

Mentorer au niveau des valeurs et croyances.

Au quatrième niveau, il s’agit de mentorer afin de permettre au client d’établir, de clarifier ou de renforcer des valeurs et croyances essentielles. Celles-ci ouvrent les portes au changement, ou imposent des limites ou des barrières. Elles renforcent ou inhibent les capacités du client.  

Le mentor croit que « lorsque les gens veulent quelque chose et qu’ils y croient assez fort, ils trouveront la manière de le réaliser. » Il est là pour aider le client à croire en lui. A ce stade, il est demandé un style de leadership inspirationnel afin de motiver et encourager le client à faire au mieux.

Sponsorer au niveau de l’identité

Au cinquième niveau de l’identité, le sponsorat consiste à créer un contexte dans lequel le client peut devenir performant, grandir et exceller, en reconnaissant et en prenant en considération (voir et bénir) ses qualités. Le sponsor croit en son client et lui fait sentir son importance par des messages clés tels que « Je te vois ». Il exerce un style de leadership basé sur la considération individualisée, reconnaissant le client dans son unicité et en donnant de l’attention à ses besoins et potentiel plus qu’à la tâche.

Voici un extrait qui m’inspire dans cette partie : « Quand les gens se sentent sponsorisés, il se sentent présents, motivés, loyaux, créatifs et deviendront performants au-delà de toute attente. »

Robert Dilts aborde également ici le célèbre paradigme du voyage du héros inspiré de Joseph Campbell, et que l’on retrouve dans de nombreux mythes et cultures faisant le lien avec toute l’humanité.

Eveiller au niveau spirituel

Enfin, au sixième niveau spirituel, il s’agit d’éveiller en complétant les compétences des premiers niveaux avec des compétences d’autres dimensions, nécessitant pour le coach d’être lui-même éveillé. L’éveilleur croit que toutes les personnes du monde ont de la valeur et qu’elles sont acceptables telles qu’elles sont. Il est demandé ici un style de leadership visionnaire et charismatique afin d’engager les autres vers un but commun.

Robert Dilts dit : « Lorsque les gens s’éveillent spirituellement, ne serait-ce qu’un peu, ils perçoivent des ombres qu’ils ne voyaient pas avant, parce que l’intensité de la lumière est plus forte. »

Je considère ce livre comme un ouvrage de référence du coaching. Les différents niveaux et postures proposés sont à la fois distincts et complémentaires. A ce titre, on peut utiliser le livre comme un véritable manuel que l’on peut lire et relire au besoin afin d’approfondir tel ou tel niveau. Il est truffé de nombreux outils très détaillés qui seront utiles autant aux coachs débutants qu’aux experts. 

En tant que coach avec un grand C, il nous est demandé de savoir danser entre différents rôles en prenant conscience des préoccupations présentes du client et du style de leadership adéquat.  Dans « être coach », je retiens particulièrement l’importance de la congruence et je termine cette chronique par cet extrait :

 « Il n’est pas possible de s’engager véritablement dans le soutien d’autrui à moins d’être en contact avec soi-même ».

 

Hasina Christen, coach pour femmes, intrapreneurs et entrepreneurs engagés pour un monde plus conscient.

Partage ça:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.