Doni Dongoma

 ENTRE CHOISIR OU SUBIR, QUEL SERAIT VOTRE CHOIX ?

Chers lecteurs,

Vous est-il déjà arrivé de faire face à un choix difficile ?

Avez-vous déjà dansé le Doni Dongoma ?

Le Doni Dongoma c’est une expression africaine, d’origine malienne (en  bambara une langue ethnique du Mali), une image symbolique, une métaphore qui évoque le sentiment de peur et d’impuissance que l’on éprouve face à un choix difficile.

Le Doni Dongoma….c’est la petite danse indansable….

Mais comment une danse peut-elle être indansable ?

Voici quelques éclairages: dans le Doni Dongoma, si le danseur fait un pas en avant son père meurt, s’il fait un pas en arrière sa meurt, s’il reste sur place c’est lui-même qui y passe. N’ya t-il rien de plus ardu que de devoir choisir entre la vie de ses parents et sa propre vie ?

Mais ne vous inquiétez pas, vous n’aurez pas à faire ce choix, c’est juste une image, une métaphore….

L’objectif de cet article est de vous présenter 3 pistes de réflexion sur la question suivante : comment choisir quand nous faisons face à une situation difficile…. à un Doni Dongoma,  une petite danse indansable ?

Comment choisir quand chacune des options présente des désavantages pour vous ou pour votre environnement?

 

PREMIÈRE PISTE : SE POSER LES BONNES QUESTIONS

Dans un Doni Dongoma, dans une petite danse indansable, vous hésitez, vous vous sentez confus, embrouillé, vous ne savez plus comment danser….

« Bon…j’y vais non finalement j’y vais pas, bien je fonce, hummm finalement je pense pas que ce soit une bonne idée, par ici, non par là, non par là bas !»

Il est important d’y voir clair et de se poser les bonnes questions :

Se poser les bonnes questions c’est  d’abord

Clarifier les enjeux : mon père meurt… ma mère meurt…je meurs..

  • D’où me vient cette information
  • Quelle en est la source
  • En quoi cette information est-elle fiable juste et exacte?

Mais c’est aussi…

Prendre conscience des pensées qui nous limitent qui nous empêchent d’agir..

  • Qu’est ce qui me fait réellement peur dans cette situation
  • Est-ce le danger en lui-même ou l’importance que j’accorde à ce danger ?

Les questionnements, les hésitations font partie intégrante du processus de prise de décision. Mais les plus grandes limites qui existent  ne sont-elles pas celles que l’on se met à soi-même ?

 

DEUXIÈME PISTE :  SE RÉAPPROPRIER SON PROPRE POUVOIR

Dans un Doni Dongoma….vous vous sentez pris  dans une impasse et pourtant quelque chose vous dit  intérieurement que vous êtes la personne la plus apte à agir sur la situation.

Une fois que vous vous êtes posé les bonnes questions, vous voulez   résoudre votre défi, trouver une solution.

Bien entendu, vous pouvez réfléchir, hésiter,  douter, demander de l’aide à l’extérieur….Arturo, qu’est ce que je dois faire ?  Moussa, qu’est ce que je peux faire ? Louyse, comment je peux le faire ?  Oui… je veux sortir de cette petite danse indansable ?

 Finalement, vous le savez  que la solution ne réside nulle part d’autre qu’en vous-mêmes.

Lorsque nous disons : Je n’ai pas le choix, je ne peux pas c’est en quelque sorte renoncer, abandonner son propre pouvoir, le laisser dans les mains d’autrui. Voulez-vous adopter une posture  de victime ou préférez-vous reprendre en main les commandes de cette situation?  Êtes-vous prêt à trouver des moyens et mobiliser les ressources nécessaires pour sortir de ce dilemne ou souhaitez-vous vous donner des raisons, des excuses de ne pas agir ?

Se réapproprier son propre pouvoir, c’est faire un choix par soi-même et en assumer la  pleine responsabilité.

En fait, nous oublions souvent en tant qu’êtres humains notre capacité d’agir sur les choses et les événements, notre pouvoir de choisir.

TROISIÈME PISTE : SE LIBÉRER ET FAIRE CONFIANCE EN LA VIE

On dit bien souvent que choisir, c’est renoncer, mais selon moi choisir c’est aussi se libérer d’un poids qui nous pèse, d’une pression qui nous empêche d’agir, qui entrave notre liberté d’être  soi-même et de voyager léger.

  • Se libérer c’est changer de regard, de perspective
  • Se libérer c’est penser à la solution plutôt qu’au problème
  • C’est aussi lâcher prise, écouter son intuition, faire confiance à la vie

Quand nous avons confiance en la vie, nous pouvons faire preuve d’audace et de créativité, faire danser notre corps dans d’autres directions.

Nous pouvons alors dédramatiser, relativiser et créer une nouvelle chorégraphie.

Mais oui…en réalité qu’est qui vous empêche d’improviser, de concevoir une nouvelle danse ?  

Faire un pas sur le coté, remuer les hanches ou sauter jusqu’au ciel? Que va-t-il se passer si vous le faites, si vous vous donnez l’autorisation ?

En résumé, se poser les bonnes questions, se réapproprier son propre pouvoir et enfin se libérer faire confiance en la vie…. vous avez découvert dans cet article 3 pistes de réflexion pour faire face à un Doni Dongoma,  un  sérieux dilemme, une petite danse  indansable !

Entre choisir et subir, quel serait votre choix?

Sortir d’un Doni Dongoma est une expérience infiniment  libératrice. J’en ai fait l’expérience il y a quelques années….et je vous confirme que c’est extrêmement puissant.

Rappelez-vous que nous avons tous le pouvoir et la liberté de choisir, de créer notre propre danse, notre propre chorégraphie   pour transformer ce qui paraissait impossible en un nouvel univers….de possibilités.

A bon entendeur, salut !

 

8 réflexions sur “Doni Dongoma”

    1. Merci beaucoup Marine pour ton appréciation. Une question : quelle est la piste de réflexion dans cet article qui te semble la plus utile ? Au grand plaisir de te lire.

  1. J’aime énormément ce que tu écris et la manière dont tu le présentes. Comment tu ramènes au besoin de clarifier et laisse comprendre que danser le Doni Dongoma, même si cela semble impossible, cela peut être apprivoisé, transformé. Merci pour cet article

  2. waouh ! comme j’apprécie cet article sur la petite danse indansable, ce Doni Dongoma ! Même lorsque toutes les issues semblent “négatives” pour nous, nous pouvons nous réapproprier notre pouvoir et inventer un nouveau chemin, quitte à nous faire aider si nous sommes trop englués dans le marasme de nos questions. Sûr qu’il existe au moins une solution !

  3. Merci Sessi pour cet article. Il est toujours important de faire des choix selon moi. Et en fait y-a-t-il un choix qui est mauvais? je voix toujours le choix comme le meilleur pour moi à ce moment-là. La beauté pour moi est que j’ai développé une intuition pour mes choix et lors que c’est celui à faire, je le ressens à un endroit précis dans mon corps.

  4. Bonjour Sessi,

    Choisir au lieu de subir est l’une des règles les plus importantes d’un vrai leadership, dans les situations les plus délicates il a l’audace et l’ouverture d’esprit de prendre les décisions les audacieuses et les plus courageuses pour atteindre des objectifs considérés comme impossible pour les autres. Tout choix implique une décision et toute décision implique un changement et tout changement implique un défi : «Les leaders sont des pionniers – des gens prêts à s’aventurer dans l’inconnu».

    (Olle Bovin)

    Rifaat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *